Si tes jours souffrent comme tes nuits

Si tu cries en silence ton mal qui te ronge

Et que le sommeil jamais ne te soulage

Écris ta peine

Si tes douleurs invisibles

Te déchirent les entrailles

Et te laissent livide sur le bord de ta route

Écris ta peine

Si ton âme est un hiver prolongé

Et habite des ténèbres perpétuelles

Dans un aller sans retour 

Écris ta peine

Si ton cœur est à feu et à sang

Et te tourmente chaque seconde

Jusqu’à te dire à quoi bon ?

Écris ta peine

%d blogueurs aiment cette page :