fenêtre ouverte…

Sur mon vélo d’appartement, j’avale les kilomètres et je dicte cette chronique (oui, c’est grâce à la magie des nouvelles technologies et mon Smartphone scotché au guidon du vélo, que vous pourrez me lire dans la journée).  

La fenêtre est ouverte sur la ruelle déserte et les cris joyeux du petit Louis, 4 ans, qui veut absolument être Ironman, alors que sa maman est un peu perdue : « c’est lequel déjà Ironman ? ».

Moi, je préfère partir dans mes rêves éveillés et m’imaginer pédaler jusqu’à la mer, par ce chemin que je devais découvrir un week-end de mars, si le confinement n’était pas venu bousculer mes plans.

dav

Je vous passe le trajet en TER qui n’a aucun intérêt stylistique et j’arrive directement à Aigues-Mortes où je distingue très rapidement ses remparts et sa tour Carbonnière. J’emprunte alors la piste cyclable à côté du chenal maritime, au milieu de la Camargue. L’air marin vient aussitôt nettoyer mes narines et laisser cette odeur particulière et vivifiante d’embruns.

Le long des marais salants, des grues cendrées, des cigognes blanches, des aigrettes garzettes, mais surtout des milliers de flamants roses colorent le paysage.

Le soleil projette ses rayons sur les collines de sel et m’aveugle d’une blancheur immaculée.

.dav

La distance depuis Aigues-Mortes jusqu’à la plage est de 14 km, allez simple. La température est idéale, loin des frimas de l’hiver ou de la canicule d’un mois d’août.

Arrivée au Grau-de-Roi, je bifurque sur la droite après le grand rond-point, puis je continue en empruntant la voie verte jusqu’à la plage de l’Espiguette.

Je descends de mon vélo que je laisse contre une barrière en bois. Je marche le long des dunes en remarquant le phare, qu’il me faudra visiter dès son ouverture au public.dav

J’enlève mes baskets, puis mes habits, quelle délivrance ! 
Je cours pieds nus dans le sable, qui n’est pas encore brûlant et je plonge dans la mer, enfin !
C’est une immersion totale et une délivrance dans mon élément préféré.

mer espiguette

 

Publié par Mirelle HDB

conquérante de l'imaginaire

Un avis sur “fenêtre ouverte…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :