Lost in translation

Je ne sais pas ce qui se passe !

Est-ce que l’angoisse que je ressens à cause du confinement me fait voir des choses qui ne sont pas réelles ?

J’ai des palpitations, l’impression que ma cage thoracique se resserre sur mon cœur et j’étouffe. Il fait nuit noire dehors, mes yeux sont grands ouverts et pourtant je ne vois que du blanc. Est-ce que je suis tombée dans les pommes ? Ai-je déjà attrapé ce satané virus au nom barbare ? J’avance dans ce blanc immaculé à la composition cotonneuse.

Soudain, une voix caverneuse s’élève tout autour de moi et me dit :

— Mirelle, en 1979 tu as volé un rouleau de papier de toilette dans les w.-c. du restaurant « le petit coin coin », alors que tu n’en avais pas besoin. Ce n’est pas bien !

— Mais qui me parle ?

Cela ne peut pas être Dieu puisque je n’y crois pas ! Il me ferait la morale pour un rouleau de PQ vieux de 41 ans, que j’avais dérobé, car mon cousin avait parié avec moi que je n’étais « pas cap ! ». N’a-t-il pas d’autre chat à fouetter ?

— Je sais ce que tu penses, mais je ne peux pas être partout, un seul méfait à la fois !

— Vous n’êtes donc pas omnipotent ? Et puis excusez-moi, mais dérober un malheureux rouleau alors que certains tuent pour le plaisir. Non, mais vraiment ! Vous êtes tombé sur la tête ?

— Non, mais je ne m’en sors plus avec vous autres les humains. Vous me donnez trop de travail. Alors, je délègue à mes anges pour qu’ils me fournissent des petites affaires de rien du tout, afin me distraire de toutes les horreurs que tes concitoyens perpétuent sans répit ! Vous me fatiguez ! Bon Diable !

— Sans vous offenser, votre création laisse vraiment à désirer !

— Oui, je sais, j’avais eu peu trop fumé les nuages ce jour-là et depuis vous me hantez. Je n’arrive plus à me reposer, je ne sais plus quoi faire. Et ce n’est pas par manque d’imagination. Ma dernière invention pour vous décimer, que vous appelez Covid-19, je n’en suis pas peu fier.

— Je ne sais que vous répondre. Vous avez raison, nous ne sommes que des abrutis finis. Nous vandalisons la terre, notre mère Nature à tous, nous sommes égoïstes et cela ne s’arrange malheureusement pas avec le temps.

— Tu me comprends donc. Que ferais-tu à ma place ?

— Déjà, je ferais en sorte qu’il y ait une vraie égalité entre les femmes et les hommes et je leur ferais sortir de la tête cette idée débile que la femme vient de la côte d’Adam ! Non, mais franchement !

— Ah ça ! Je sais bien, c’est une erreur de traduction « lost in Translation » comme le film.

— Vous devriez prendre des vacances, partir sur Vénus, Pluton ou une autre galaxie et allez voir ailleurs si vous y êtes et nous laissez nous dépatouiller avec ce virus. Parce que lorsque les gens sont vraiment dans la merde, ils ont tendance à être un peu plus fraternels, à s’entre-aider et à devenir moins égoïstes.

La voix caverneuse devient de moins en moins audible et le bruit d’une sirène de police me sort du sommeil. Encore un rêve trop bizarre !

Je me lève et je vais regarder par la fenêtre. C’est bien une voiture de police qui est garée devant chez moi. Deux énergumènes se bagarrent à coup de rouleaux de PQ.

— Donne-le-moi, il est à moi !

— C’est le mien, voleur, va t’en acheter !

Les policiers essayent tant bien que mal de les séparer, mais les rouleaux se dévident et s’éparpillent tout autour d’eux. Il y en a partout dans la ruelle. Quel gâchis !

Moralité : Dans le PQ nous croyons !

Une réflexion sur “Lost in translation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s